Actualités santé

Ministère de la santé : une femme médecin à sa tête

Publié par le , Mis à jour le 22/05/2017 à 11:03

Agnès Buzyn, qui est la nouvelle ministre de la Santé ?

Agnès Buzyn. C’est le nom de la nouvelle ministre de la Santé choisie par Macron et son Premier ministre Edouard Philippe. Avec son bagage de médecin, Agnès Buzyn semble être à la hauteur de la tâche : appliquer les promesses de santé d’Emmanuel Macron.

Curriculum Vitae de notre nouvelle ministre de la Santé

  • Hématologue (spécialiste des maladies du sang)
  • Auteure de travaux sur la greffe de moelle osseuse et les leucémies
  • Présidente de l’Institut national de lutte contre le cancer (INCA) (2011)
  • Présidente de la Haute autorité de Santé (HAS) (2016)
  • Ministre de la Santé (2017)

Un Cv impressionnant qui a conduit cette cinquantenaire au poste de ministre de la Santé sous le gouvernement Philippe, succédant ainsi à Marisol Touraine choisie par Hollande lors du quinquennat précédent.

Bon accueil de la part des professionnels de santé

Grâce à son statut proche des personnels de santé et de sa connaissance du système de santé, la nouvelle ministre de la Santé, les professionnels de santé semblent lui réserver un bon accueil et espèrent le rétablissement d’une relation de confiance.

Le personnel hospitalier et particulièrement les fédérations de salariés apprécient la nouvelle ministre qui a défendu les intérêts des personnelles lors de ses mandats à l’INCA et à la HAS. Du côté de la Fédération de l’hospitalisation privée, c’est la même vision d’une femme apte à faire face aux enjeux et aux défis à relever pour optimiser notre système de santé. D’autres comme la Fédération hospitalière de France juge qu’elle sera capable d’établir une relation de confiance et de dialogue avec les hospitaliers qu’elle connait bien.

Côté médecins libéraux en revanche, le précédent quinquennat a laissé des traces. La question e la généralisation du tiers payant imposée par Marisol Touraine et Hollande a rendu difficile les relations entre les médecins libéraux et l’ancien gouvernement. Bien que Macron aie prévu de rendre la mesure facultative, d’autres mesures telles que la suppression du numerus clausus, le transfert de tâches de médecins aux infirmiers, la remise en cause de la rémunération à l’acte continuent d’inquiéter les libéraux. Quant aux médecins généralistes, ils accueillent la nouvelle ministre avec plus d’enthousiasme.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES