Actualités santé

Nurofen, Strepsil...hausse du prix des médicaments sans ordonnance

Publié par le

En moyenne, la hausse est de 9% pour « un panier » de médicaments sans ordonnance.

Une hausse de 25% pour le Nurofen, quasiment 19% pour les pastilles de Strepsils…De 2010 à 2018, le prix des médicaments sans ordonnance a bondi. Un constat 10 ans après l’autorisation de vente en libre accès des médicaments sans ordonnance qui devaient faire baisser les tarifs.

Augmentation de quasiment 25% pour le Nurofen

Strepsils, Nurofen ou encore Biafineact…des médicaments qui font partie de notre pharmacie. Des produits disponibles sans ordonnance dont les prix se sont envolés. Selon une étude de l’association Familles rurales publiée dans le Parisien, les prix de certains médicaments ont bondi de 24,66% entre 2010 et 2018 :

  • Nurofen en cas de douleur et fièvre : +24,66%
  • Strepsils en cas de maux de gorge, d’aphte ou de plaie à la bouche : +18,89 %
  • Biafineact en cas de brûlures superficielles ou encore plaie cutanées non infectées : +13,31%
  • Maalox en cas de brûlures d’estomac et remontée acide : +11,68%

En moyenne, la hausse est de 9% pour « un panier » de médicaments sans ordonnance. Une augmentation difficilement explicable même si une des raisons évoquée est la TVA. En effet, les médicaments ont subi en 2012 puis 2014, deux hausses de la TVA « qui ont fait mécaniquement grimper les prix de 4,3% » explique Anne Legentil, conseillère technique à Famille rurales au Parisien.

Autre problème soulevé par l’association : la difficulté pour le consommateur à connaître à l’avance le prix des médicaments : « les prix ne figurent pas sur 75% des boîtes et, même vendus sans ordonnance, la moitié des médicaments se trouvent derrière le comptoir » explique Anne Legentil. D’ailleurs, les pharmacies délivrent peu de ticket de caisse.

Acheter ses médicaments en ligne, un bon plan ?

Pour les consommateurs qui seraient tentés par la pharmacie en ligne, l’association indique que les économies sont minimes. En effet, même si les écarts de prix peuvent atteindre 190% sur un même médicament, les frais de port réduisent les économies effectuées sur la vente Internet.  

Face à ces augmentations, l’association Familles rurales conseille aux familles de faire jouer la concurrence. Par ailleurs, elle demande à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) d’ouvrir une enquête pour engager des sanctions contre les pharmaciens qui ne respecteraient pas le droit de la consommation.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES