Actualités santé

Obésité : nos ados sont de plus en plus gros

Publié par le , Mis à jour le 30/08/2019 à 11:07

Depuis dix ans, les chiffres de l'obésité chez les ados sont en hausse

Les chiffres sont en hausse depuis dix ans. Près de 20% des jeunes Français sont obèses ou en surcharge pondérale. Un problème de poids qui a notamment un lien avec des inégalités sociales.

Absence d’activité sportive, grignotage, portable ….

Depuis dix ans, le surpoids de nos adolescents ne cesse d’augmenter. Selon les derniers chiffres publiés par le ministère de la santé, près de 20% des jeunes Français sont obèses ou en surcharge pondérale. Ce taux nous vient d’une étude menée auprès d’élèves de troisième. Dans le détail, près de 20% des adolescentes sont en surpoids contre 17% chez les garçons. Un problème de poids liés à une absence d’activité sportive, à un grignotage dans la journée, à des heures passées devant un téléphone ou encore à des jeunes qui sautent des repas.

Comme l’explique le rapport de la Drees, « les habitudes de vie bénéfiques à la santé sont plus souvent déclarées par les adolescents issus des milieux socialement favorisées ». En effet, cette évolution est marquée par de nombreuses inégalités qui peuvent avoir un lien avec une surcharge pondérale.

  • Famille monoparentale (21%) 
  • Parents ouvriers (24%)
  • Collège en REP (26%)
  • Cantine qui n’est pas quotidienne (21%)
  • Pas de petit déjeuner (24%)
  • Pas de sport (23%)
  • Plus de deux heures d’écrans par jour (20%)

Un petit déjeuner gratuit pour 100 000 écoliers

Certains conseils peuvent être utiles pour éviter le surpoids comme bannir le grignotage, prendre l’ensemble des repas à table, pratiquer une activité physique avec idéalement une heure par jour pour les ados de 12 à 17 ans.

Pour tenter d’inverser la tendance, le gouvernement a annoncé la généralisation du petit-déjeuner gratuit à l’école dès la rentrée 2019. Ce sont 100 000 écoliers qui sont concernés par cette mesure qui a pour objectif d’apporter un repas équilibré à des enfants scolarisés dans une zone REP (réseau d’éducation prioritaire), REP+, certaines zones rurales ou dans le cas d’un besoin social identifié.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES