Actualités santé

Qui ne baisse pas ses dépassements d'honoraires ?

Publié par le

Alors que le Contrat d’accès aux soins (CAS) prévoyait de limiter les dépassements d’honoraires, une récente étude pointe du doigt certains professionnels de santé qui refusent de baisser leurs dépassements. Il s’agit des ophtalmologues et gynécologues.

Dépassements d’honoraires : rappel sur le CAS

Entré en vigueur en 2013, le Contrat d’accès aux soins (CAS) a pour objectif d’encadrer les dépassements d’honoraires. Les médecins qui s’engagent à signer le contrat d’accès aux soins s’engagent en même temps à limiter leurs honoraires, en échange de la prise en charge de certaines cotisations sociales par l’Assurance Maladie.

Les ophtalmos et gynécos ne jouent pas le jeu

Dans une enquête menée par le Gerep et le Figaro, portant sur 3 professions médicales (ophtalmologistes, gynécologues, pédiatres) dans 10 villes françaises, il semblerait que les ophtalmos et les gynécos ne jouent pas le jeu du CAS. En d’autre termes, seuls % des ophtalmologistes et 19% des gynécologues auraient signé le CAS, tandis que les pédiatres y seraient plus réceptifs (38 % de signataires).

Les disparités se font également sentir d’une ville à l’autre : 2 % d’ophtalmologues, 3 % de gynécologues et 8 % de pédiatres ont adhéré au CAS à Paris, 0 %, 42 % et 33 % à Nantes

Pourquoi si peu d’adhésions ?

Pour les professionnels de santé, le cout de la vie au sein des grandes villes serait un facteur de non adhésion au CAS.

En revanche, d’autres professions médicales y auraient vu un véritable intérêt, puisque le CAS autorise les professionnels à pratiquer des dépassements d’honoraires aussi bien en secteur 2 qu’en secteur 1. Ce serait notamment les cas pour les cardiologues, pneumologues ou radiologues du secteur 1.

L’objectif initial du CAS n’aurait pas vraiment fait ses preuves en 2014 puisque les dépassements d’honoraires seraient toujours en hausse.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES