Actualités santé

PIP : de nouvelles failles chez les autorités de contrôle ?

Publié par le , Mis à jour le 04/01/2012 à 19:25
C’est toute la question qui bouscule les autorités françaises à peine le scandale du Mediator passé. Tous les regards se tournent vers Jean-Claude Mas, ex patron de Poly Implant Prothèse, accusé d’avoir utilisé un gel non-conforme pour les implants PIP. Mais l’Afssaps se retrouve également dans le viseur.

Comment sont-elles arrivées sur le marché ?


Depuis 2001 et jusqu’en 2010, année de leur retrait du marché, les prothèses PIP ont effectivement été vendues en France comme à l’étranger. 

Bien sûr, ces implants ont obligatoirement passé des tests, et leur fiabilité a forcément dû être validée. Les regards se sont bien sûr tournés dans un premier temps vers l’autorité de contrôle sanitaire qu’est l’Afssaps. Relire L'Afssaps en plein cœur de l'affaire PIP 
Mais l’agence s’est immédiatement défendue affirmant qu’elle ne gérait pas le contrôle des dispositifs médicaux dont font parties les prothèses. Ces dispositifs se distinguent en effet des médicaments (comme le Mediator). 

Le fabricant a la responsabilité de choisir un organisme pour notifier la mise sur le marché de son dispositif médical qui apposera (ou non) le label CE, assurant la qualité des produits du marché européen. Dans le cas de PIP, c’est la société allemande TUV Rheinland qui en avait la responsabilité.

Soupçon de conflits d’intérêts ?


Cette société semble avoir bien certifié les implants PIP, ce qui soulève le problème actuel. Les contrôles ont-ils été faits, ou faits correctement ? 

Serait-ce possible que d’éventuels conflits d’intérêts aient influencé l’autorité de contrôle allemande ? Sachant que le certificat pour le maintien sur les marchés est attribué chaque année par l’autorité de contrôle. 

Bon nombre de questions soulevées dont les réponses devraient être révélées lors futurs des procès.

Le mot de Mutuelle-land : les mutuelles santé ont d’ores et déjà indiquées ne pas être concernées par la prise en charge des explantations et éventuelles réimplantations, opérations remboursées par la Sécurité Sociale.
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES