Actualités santé

Chikungunya : recrudescence en Polynésie

Publié par le

En Polynésie française, la situation est plutôt préoccupante par rapport à l’épidémie de chikungunya qui sévit sur place. Près de 5 000 cas ont été répertoriés en un mois seulement et il est fort possible que la situation empire encore.

Le chikungunya, un véritable fléau

Le chikungunya fait partie de ces maladies tropicales qui sont véhiculées par les moustiques. Les victimes souffrent de fortes fièvres et sont sujettes à des douleurs au niveau des articulations. Cela fait maintenant un peu plus d’un mois que l’épidémie sévit, les premières victimes ont été enregistrées vers le 10 octobre 2014. Et la situation tend à s’empirer.

Les hôpitaux sont bondés

Depuis quelques semaines, les maladies affluent dans les hôpitaux de la Nouvelle-Calédonie. Au sein de l’hôpital du Taaone qui est le plus important de l’île, le personnel soignant a dû prendre en charge près de 75 % patients supplémentaires en l’espace d’une semaine seulement. A noter que l’établissement a mis en place un système de consultation, visant à accueillir les patients atteints de chikungunya d’une part et les « vraies » urgences d’autre part. Mais à cause d’un manque de personnel, il est impossible que cette « filière » courte soit opérationnelle en permanence.

Appel à la rescousse

Face à la situation, le personnel des hôpitaux est particulièrement débordé. D’autant plus que les médecins doivent faire face à d’autres épidémies, en l’occurrence la grippe et la dengue (une autre maladie vectorielle qui se transmet par les morsures de moustique). Les urgentistes lancent alors un appel à la rescousse et exhortent les médecins de santé publique à leur prêter main forte. A noter d’ailleurs que les soignants sont, eux aussi, touchés par l’épidémie.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES