Actualités santé

Prévention du cancer du col de l'utérus : le non-remboursement dénoncé

Publié par le

La prévention du cancer du col de l'utérus pose question

Des experts du cancer du col de l'utérus ont dénoncé vendredi dernier l’attitude de l’Assurance maladie vis-à-vis de la prévention de cette maladie. Ces spécialistes déplorent le fait que l’examen indispensable pour la prévention ne soit toujours pas remboursé.

Un examen de dépistage tous les 3 ans

Tension autour de la prévention du cancer du col de l’utérus. Des spécialistes du cancer du col de l'utérus se sont attaqués vendredi 12 octobre à l’Assurance maladie. La raison ? Le non-remboursement du test déclaré comme indispensable pour la prévention de ce cancer. Cet examen est pourtant recommandé par les autorités sanitaires depuis 2017. De nouvelles recommandations qui doivent permettre d’éviter des chirurgies inutiles en distinguant les femmes qui en ont besoin de celles qui nécessitent une simple surveillance.

En France, ce cancer touche environ de 3 000 femmes et est responsable de près de 1 100 décès chaque année. L’examen de dépistage de ce cancer doit être effectué tous les 3 ans pour les femmes âgées de 25 à 65 ans. Une prévention qui repose sur la vaccination contre les papillomavirus humains, un traitement des lésions précancéreuses ainsi qu’un frottis. Ce dernier examen sert à prélever des cellules du col pour les faire par la suite analyser.

Le test HPV reste à la charge de la femme

En 2017, l’Institut national du cancer (INCa) et la Société française de colposcopie et pathologie cervico-vaginale (SFCPCV) ont émis de nouvelles recommandations en matière de dépistage. Un frottis standard ne révèle pas toujours de pathologie, et ce même alors que dans 30 % des cas, des lésions précancéreuses auraient pu être détectées chez les femmes de plus de 30 ans grâce à un test viral HPV. Un test qu'ils souhaitent faire rembourser par l'Assurance maladie. « Dix-huit mois après leur publication, l'Assurance-maladie ne les a pas pris en compte dans les remboursements, écartant la majeure partie des femmes de notre pays d'un dépistage optimal », expliquent les spécialistes. Vendu 35 €, le test HPV reste donc à la charge de la femme.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES