Actualités santé

Zoom sur l'avenir de la Sécu

Publié par le

Cette question, beaucoup l’ont posée après avoir constaté le gouffre financier auquel fait face la Sécurité Sociale depuis un certain temps. Actuellement, la réponse semble être tranchée quant à l’avenir de cette dernière : l’économie à perpétuité ! Découvrez-ci-dessous le pourquoi de cette réponse.

L’incontournable réduction des  dépenses de l’Assurance-maladie

La réforme de la dépense publique, François Hollande y tient vraiment. En plus des économies à réaliser auprès des collectivités locales et de l’Etat, le Président veut encore pousser ses limites plus loin. Quoi de plus compréhensible donc que de constater le fait que l’assurance maladie ne peut échapper à la réforme de la dépense publique. Une telle réforme qui se traduirait certainement par des réductions draconiennes des dépenses sociales. L’assurance maladie est connue depuis un certain temps pour ses déficits et si des mesures ne seront pas prises, celle-ci va encore générer des dépenses progressives de l’ordre de 3,8 % par an. Pour cette nouvelle année, le gouvernement envisage de contenir une croissance de 2,4 % et a déjà programmé environ 2,9 milliards d’économies. Il est  à rappeler que l’Etat s’engage dans une course acharnée pour réaliser une importante économie au niveau de la dépense publique. Les efforts déjà engagés vont se poursuivre jusqu’en 2040 selon une récente publication du Haut Conseil à l’Avenir de l’assurance maladie. Ce qui veut dire qu’une pause ne sera pas envisageable d’ici 4 ans et que pour l’Etat, il est primordial de savoir maitriser les dépenses de santé.

Ce qui se passe au niveau des mutuelles

Afin de promouvoir la réforme envisagée par l’Etat, Marisol Touraine a confirmé la nécessité d’une révolution du premier recours. Cela veut dire qu’il faut que les Français cultivent en eux la tendance de consulter tout d’abord un médecin généraliste et ne pas courir aux urgences que dans les cas critiques. Pour rappel, tout patient ne déclarant pas son médecin traitant n’est plus remboursé qu’à hauteur de 30 %. Dans ce cas, le ticket modérateur qui reste à la charge du patient peut passer de 50 % à 30 %. La déclaration de son médecin traitant, et par la même occasion la consultation de celui-ci, est donc important pour le patient. D’autant plus qu’il peut toujours compter sur une bonne mutuelle pour compléter le remboursement offert par la Sécu pour une telle consultation.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES