Actualités santé

Santé : Décontractyl, Toplexil...voici les médicaments à éviter !

Publié par le , Mis à jour le 04/02/2019 à 09:26

La liste noire contient 93 médicaments

Ils sont 93 médicaments à faire partie de la liste noire de la revue Prescrire. Chaque année, cette revue passe au crible et analyse des médicaments qui devraient être écartés du marché.

Six nouveaux médicaments ajoutés

Il va falloir faire le tri dans votre pharmacie ! La revue Prescrire vient de dévoiler sa liste noire des médicaments « plus dangereux qu’utiles ». Des médicaments à éviter en raison des risques sanitaires disproportionnés qu’ils font courir aux patients. Le magazine passe au crible des médicaments qui concernent toutes sortes de pathologies comme le cancer, le diabète, l’arrêt du tabac, la toux… Cette année, six produits font une entrée remarquée comme le Décontractyl, utilisé pour soulager les contractures musculaires. D’après la revue, ce médicament provoquerait des effets indésirables (somnolences, nausées ou encore vomissements) et des réactions allergiques en raison de son principe actif, la méphénésine. Au total, la revue recense 93 médicaments dont 82 vendus en France. Mais sur quelle base ces médicaments ont été sélectionnés ? Prescrire a étudié ses analyses publiées entre 2010 à 2018. Les produits incriminés sont nouveaux, anciens ou qui ne sont pas plus performants qu’un placebo.
Parmi les nouveaux médicaments on retrouve :

  • Oxomémazine (Toplexil ou autre)
  • Méphénésine (Décontractyl, Décontractyl baume)
  • Ulipristal 5 mg (Esmya)
  • Le trinitrate de glycéryle en application locale (Rectogesic)
  • La cimétidine (Cimétidine Mylan ou autre)
  • L'acide obéticholique (Ocaliva)

Ecarter certains médicaments du marché

Dans cette nouvelle liste, trois médicaments présents en 2018 manquent à l’appel en raison de nouvelles données actuellement en cours d’analyse.
Avec cette liste, Prescrire a pour objectif d’écarter certains médicaments du marché. Et malheureusement, le chemin semble encore long. Les firmes bottent en touche et renvoient le public vers l’agence du médicament tout en soulignant que les risques sont connus et mentionnés sur les différentes notices.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES