Actualités santé

Santé : quel avenir pour l'hospitalisation des seniors ?

Publié par le

Comment prévoir la capacité d’accueil des seniors dans les hôpitaux d’ici à 2030…

L’observatoire 2017 Cap Retraite vient de lancer les résultats de son étude sur le thème de l’hôpital face au vieillissement de la population en France. Alors que le contexte se compose de coupes budgétaires et de réduction des effectifs, la grande question se pose : comment l’hôpital va-t-il appréhender le vieillissement de la population ?

Etat des lieux : l’hospitalisation des seniors

Les personnes âgées françaises auraient beaucoup recours à l’hôpital, et cette affirmation est d’autant plus vraie dans certains départements tels que le Haut-Rhin (74,9 %), l’Aisne (74,1 %) et le Bas-Rhin (73,8 %). Au global en 2016, 1 hospitalisation sur 5 est dédiée aux seniors ; mais la tendance risque de se durcir d’ici 15 ans avec des prévisions évoquant 1 hospitalisation sur 3 (soit environ 5 millions de personnes).

Certains départements dits « vieillissants » comme la Creuse (44,1% des séjours en 2030), le Lot (39,7%) et le Cantal (39,7%) sont exposés au vieillissement démographique.

Alors comment l’hôpital va-t-il gérer à l’avenir ce vieillissement de la population ? Très certainement via les services d’urgence, comme c’est déjà le cas aujourd’hui. Selon les estimations de l’observatoire, ce type de consultation d’urgence risquera d’augmenter de 42 % d’ici à 2013. Les départements de la Lozère, de l’Ariège et des Alpes-de-Haute-Provence sont par ailleurs fortement concernés par ces efforts futurs, dans l’optique d’offrir à terme un parcours de soins adapté aux seniors.

Comment prévoir la capacité d’accueil des seniors d’ici à 2030…

En quelques chiffres :

  • 241 359 lits ou places à l'hôpital
  • Dont 4,8 % seulement spécialisés en gériatrie
  • Besoins avant 2030 : création de plus de 102 178 types d’accueil dans les hôpitaux

Si les départements les mieux équipés en matière d’accueil sont Paris, le Nord et le Rhône, ces départements restent également les plus concernés par la hausse du nombre de lits la plus importante. Mais ce sont les départements de la Vendée, l’Ariège ou encore le Tarn-et-Garonne qui devront fournir les efforts d’adaptation les plus importants.

Sans compter la question de l’accueil des personnes devenue dépendantes après une hospitalisation. Il faudra trouver des solutions d’accueil notamment dans les Bouches-du-Rhône, le Nord et le Rhône, qui devront créer le plus de lits et de solutions post-hospitalisation.

…ainsi que les ressources humaines et financières d’ici 15 ans ?

Les prévisions appellent également à augmenter le nombre des agents de la fonction publique à hauteur de 43 %, notamment à Paris, dans le Nord et le Rhône. Un effort dont le budget est aujourd’hui à hauteur de 9,9 milliards d’euros, qui devra être augmenté de 36 % pour atteindre les 13,4 milliards d’euros.

Les pistes d’amélioration vers un rééquilibre de la filière de soins

  • Assurer une présence forte de la médecine de ville généraliste et spécialisée dans les déserts médicaux
  • encourager la télé-médécine
  • Appuyer l’hospitalisation ambulatoire
  • Encourager l’hospitalisation à domicile

Pour assurer le maintien d’un personnel en nombre suffisant et du financement, l’Etat doit prêter main forte aux régions.

Voici donc 5 axes de Cap Retraite :

  • Lutter contre les déserts médicaux, coordonner les généralistes, les spécialistes de ville et les gériatres, améliorer l’accès à la médecine de ville, par le recours à la télémédecine.
  • Augmenter significativement les capacités d’accueil : augmenter les ressources humaines et le nombre de lits aussi bien en hospitalisation qu’aux urgences, en Unités Mobiles de Gériatrie, en SSR et en USLD dès le prochain mandat présidentiel.
  • Former les équipes soignantes : inciter les étudiants et les équipes à se spécialiser sur les besoins des personnes âgées (gériatrie, nouveaux statuts d’auxiliaires spécialisés en gériatrie).
  • Prévenir et anticiper la dépendance : évaluer les possibilités de prises en charge d’une dépendance dès la constitution des dossiers de retraite et améliorer la communication sur les disponibilités d’accueil le long de la filière de soin (création d’un fichier national).
  • Augmenter les capacités d’accueil à la sortie d’hôpital : HAD, EHPAD, SSIAD en vue d’éviter l’engorgement des hôpitaux et de mettre en place des parcours de soins adaptés.
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES