Actualités santé

Servier présentait le Mediator comme un remède au surpoids

Publié par le , Mis à jour le 30/08/2011 à 14:56
La stratégie des laboratoires Servier de rejeter la responsabilité de la mort des patients ayant consommés le Mediator sur les médecins semble compromise. Un document prouve que dans les années 80, Servier vantait les mérites de l’antidiabétique en termes de produit amaigrissant.

Une publicité des années 80 va-t-elle trahir les laboratoires ?


Un document apporterait la preuve que Servier vantait les vertus du Mediator en tant que produit contre le surpoids.
C’est en effet une plaquette publicitaire à destination des médecins qui mettait en avant les vertus amaigrissantes du médicament alors que son objectif était de lutter contre le diabète.
 
La plaquette, nommée « polysurchargé » mettait en évidence le portrait d’un homme en surpoids. Le « Mediator est le traitement des polysurcharges métaboliques » pouvait-on lire sur la plaquette datant de 1980. Pas de doute, Servier argumentait en faveur des capacités du Mediator à faire perdre du poids.

Le journal Le Parisien en avait déjà parlé en mai dernier, lire notre article Mediator : des documents contre Servier

Une stratégie de défense qui tombe à l’eau ?


Cette découverte pourrait bel et bien jouer contre Servier dont la stratégie de défense consistait notamment à rejeter la responsabilité sur les médecins prescripteurs du Mediator comme coupe-faim. Comment se retourner contre des médecins à qui l’on a vanté les mérites du Mediator en tant que tel ?

Pourtant, Irène Franchon, l’une des premières à avoir révélé les dangers du médicament soulève un point important : la plaquette publicitaire n’utilise jamais le terme de « coupe-faim » mais plutôt le mot « surpoids » laissant sous-entendre que les personnes en surcharge pondérale sont « toujours un peu diabétiques ».

Il semblerait que la bataille des responsabilités va à l'avenir se jouer sur les mots.

L’avis de Mutuelle-land : ne détournez jamais un médicament pour ses soit-disantes vertus amaigrissantes. Maigrir à tout prix est dangereux pour la santé. Suivez plutôt un professionnel (diététicien ou nutritionniste), leurs séances peuvent vous être remboursées par une mutuelle santé.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES