Actualités santé

Substances toxiques dans les couches : « pas d'alerte » assure le gouvernement

Publié par le

Les fabricants des couches pour bébés tentent de s'améliorer

Quelques mois après les révélations de l’Anses sur la toxicité des couches pour bébés, les fabricants tentent de rentrer dans le droit chemin. Même si la DGGDRF continue sa surveillance, les industriels semblent respecter l’ensemble des engagements.

« Il n’y a rien qui conduise à faire une alerte »

Il y a du mieux mais l’Etat reste vigilant. Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat à l’Economie a révélé les premiers résultats des contrôles menés au lendemain de la polémique sur les substances toxiques détectées dans des couches. Selon les conclusions, « il n’y a rien qui conduise à faire une alerte ».

En janvier dernier, une étude de l’Anses pointe du doigt la composition des couches pas toujours « clean ». En effet, des substances toxiques dépassant parfois la limite autorisée ont été retrouvées dans une vingtaine de marques. Au final, l’agence de sécurité sanitaire a découvert une soixantaine de substances chimiques. Substances susceptibles de provoquer des allergies cutanées ou encore des  risques cancérogènes.

La DGGCRF reste vigilante

Face à ce constat accablant, la direction de la répression des fraudes (DGGCRF) met la pression aux différents fabricants. Les substances allergisantes devaient être bannies des couches dans « un délai maximal de trois mois ». Idem pour l’amélioration de l’information des clients et un étiquetage devait être réalisé dans les six mois.

Au final, les industriels ont diminué l’utilisation de certaines substances chimiques dans les couches pour bébés. Cependant, si les fabricants respectent dans l’ensemble les engagements pris quelques mois plus tôt, la DGGCRF continue de veiller au grain explique Loïc Tanguy, directeur de cabinet au micro de RMC.

Cette semaine, industriels et associations de consommateurs ont été reçus à la DGGCRF pour un « point étape ». Les contrôles vont se poursuivent dans les mois à venir avant un rapport complet début 2020.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES