Actualités santé

Un nouveau traitement contre les malades de l'alcool ? - Mutuelle-land.com

Publié par le

Lundbex, un laboratoire de recherches suédois lance un traitement qui s’annonce prometteur. Selincro, telle est son appellation, se destine aux buveurs qui sont conscients de leurs excès mais qui ne projettent pas de cesser leurs beuveries. En France, près de 280 000 personnes se classent dans cette catégorie…

Diminuer la consommation

Le traitement proposé par le laboratoire Lundbeck table sur une diminution de la consommation d’alcool. A noter que près d’un adulte sur dix en France est touché par l’alcoolisme (à des degrés différents certes). Même si l’on constate une constante baisse de la consommation.

En l’espace de deux ans, ce sont deux nouveaux qui vont être présentés aux personnes concernées. Il convient de souligner que ceux-ci se basent sur des molécules déjà utilisées auparavant mais affichant une efficacité assez limitée.

Deux médicaments inédits

D’un côté, on retrouve donc Selincro qui est déjà sur le marché depuis le mois d’octobre 2014. Le concept est tout simplement révolutionnaire. C’est en effet une grande première. Habituellement, les produits proposés ont pour objectif d’atteindre l’abstinence totale. Cette fois, le but est de réduire significativement le niveau de consommation après un traitement prévu de 6 mois. Du fait de son concept, ce produit vise tout particulièrement les personnes souffrant d’une forme sévère d’alcoolisme qui boivent alors plus de 6 et 4 verres respectivement chez les hommes et chez les femmes. D’après l’OMS, boire 2 ou 3 verres par jour (pour les hommes et pour les femmes) reste acceptable.

D’un autre côté, il y a Alcover (proposé par l’entreprise D&A Pharma) dont le dossier d’enregistrement sera soumis à de nombreux pays d’Europe en novembre 2014. L’étude préalable se révèle très concluante : 8 patients sur 10 sont parvenus à l’abstinence après un traitement de 12 semaines.

En matière de traitement contre l’alcoolisme, il faut mentionner le Baclofène qui jouit d’une recommandation temporaire et qui dont la consommation fait l’objet d’un remboursement par l’assurance maladie. Et il existe aussi d’autres alternatives comme les centres spécialisés. Une couverture quasi complètement des frais est envisageable grâce à une bonne complémentaire santé

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES