Actualités santé

Un manque de transparence dans les exportations de produits de santé

Publié par le , Mis à jour le 02/02/2017 à 17:23

Faire de la France un grand pays des industries de santé

Les exportations françaises de produits de santé ont rapporté 28,7 milliards d'euros, représentant 10 % des exportations nationales. Les sociétés pharmaceutiques qui souhaitent maintenir les exportations de ces produits veulent systématiser la politique de prix facial pour les produits les plus exportés. Mais ce système manque de transparence.

Faire de la France un grand pays des industries de santé

C’est l’objectif formulé par le G5 Santé, un lobby d’industriels de la santé dans un livre blanc 2017/2022. Dans ce document le lobby y formule une vingtaines de propositions, qui orientent la France vers l’international.

Le point principal abordé est la question de la fixation des tarifs des produits de santé, et particulièrement celui des médicaments exportés depuis la France vers l’international.

Les tarifs fixés, les pouvoirs publics peuvent revoir à la baisse ces prix lors d’un projet de loi de financement de la Sécurité Social ou lorsque le brevet n’est plus valide. Des tarifs qui peuvent perdre 50 % de leur valeur en 10 ans selon le LEEM, un lobby pharmaceutique. Des baisses de tarifs suivies par les importateurs qui ont fini par mettre en place des références tarifaires internationales. Or, 40 pays se baseraient sur les tarifs de la France pour fixer les tarifs de leurs propres traitements.

Problème pour les lobbies : ce système tire vers le bas le montant que les pays sont prêts à payer pour acheter des produits de santé en France. Sachant que des 5 marchés principaux européens, la France est celui qui fixe les tarifs les moins élevés en moyenne.

Les conséquences ? Selon le G5 Santé, cette pression tarifaire pourrait entrainer le retrait du produit du marché national afin de préserver les ventes de médicaments à l’international.

Tarif des médicaments exportés : le prix facial

Le G5 Santé réclame une politique de prix facial, afin de ne pas diminuer le tarif du médicament. En tous cas, pas officiellement. Car des baisses de tarifs sont tout de même accordées, sous la forme de remises faites à l’Assurance Maladie. Des remises dont le montant reste secret, laissant un manque de transparence flotter.

L’avantage pour les industriels pharmaceutique c’est qu’avec ce système, il est impossible de faire des comparaisons à l’international.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES