Actualités santé

Votre pilule contraceptive est-elle la moins risquée ?

Publié par le

Que faut-il choisir entre la pilule de 2e, 3e, et 4e génération ?

Très répandue en Occident (104 millions de femmes dans le monde utilisent cette méthode contraceptive), la pilule contraceptive soulève encore bien des questions quant à son innocuité. Une étude a tenté de révéler la pilule la moins risqué pour les femmes. Voici les résultats.

Des accidents liés à la prise de la pilule

Cette étude a été menée auprès de 5 millions de Françaises âgées de 15 à 49 ans qui consomment une pilule contraceptive sur les 104 millions de consommatrices à l’échelle mondiale. Pourquoi cette étude inédite ? Parce que cette méthode contraceptive est pointée du doigt quant à son innocuité pour la santé des femmes.

Il est par exemple connu que les fumeuses ne devraient pas consommer la pilule, et notamment les pilules de 3ème et 4ème générations. Plusieurs accidents ont été dénombrés notamment l'accident vasculaire cérébral de Marion Larat en 2006.

Des risques qui ont provoqué la fin du remboursement de ces pilules de 3e et 4e génération, depuis 2013. En conséquence, les femmes utiliseraient moins cette méthode contraceptive (-9 % entre 2010 et 2013).

Quelle pilule utiliser sans trop risques ?

L’étude s’est penchée sur 26 marques de pilules parmi les plus utilisées (2e, 3e, 4e génération confondues), comportant 2 dérivés de l'estrogène et de la progestérone. L’étude a ainsi analysé les données recueillies auprès de 5 millions de Françaises afin de faire un lien entre le type de pilule utilisé et d’éventuels effets secondaires graves (AVC, crise cardiaque ou encore embolie pulmonaire).

L’étude révèle par exemple que les femmes qui consomment un contraceptif oral avec 20 microgrammes d'œstrogène ont moins de risques d'avoir une embolie pulmonaire ou un AVC. A ce titre, les pilules de 2e génération contiennent du lévonorgestrel, un progestatif qui diminue les risques d'effets secondaires. Elles sont donc moins risquées que les autres.

The British Medical Journal explique ainsi que les pilules optimales réduisent de 25 % les risques d'embolie, de 18 % pour les AVC et de 44 % pour les attaques cardiaques, par rapport aux autres formules.

 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES