Actualités mutuelle chiens et chats

Mort d'Elisa Pilarski : les analyses ADN des chiens jugées trop chères

Publié par le , Mis à jour le 21/02/2020 à 16:41

L'affaire Elisa Pilarski reste une énigme

L’affaire Elisa Pilarski est loin d’être terminée. Selon France Info, les analyses ADN de 67 chiens n’ont toujours pas été envoyées au laboratoire en raison d’un coût trop onéreux. Le coût de l’ensemble des analyses avoine les 200.000 euros.

Un coût de 200.000 euros pour la justice

Sera-t-on un jour la vérité sur la mort d’Elisa Pilarski ? Trois mois après son décès, le mystère reste entier. À l'époque des faits, trois pistes sont étudiées : un malinois qui rodait dans la forêt de Retz, les chiens d’une chasse à courre et Curtis, le chien de la victime.

Pour tenter de faire la lumière sur ce drame, des prélèvements ADN sur 67 chiens de la région dont Curtis sont effectués. Seulement voilà, alors que les conclusions étaient attendues dans les prochaines semaines, France Info révèle qu’ils ne seraient même pas arrivés au laboratoire. Le motif ? Les analyses sont jugées trop coûteuses.

Le laboratoire sollicité par la juge de Soissons pour analyser l’ensemble des prélèvements (y compris les vêtements d’Elisa) a chiffré le montant des opérations à 200.000 euros. C’est bien trop pour la justice qui a donc demandé un autre devis. Une information qui fait bondir Me Alexandre Novion, l’avocat de Christophe Ellul, le compagnon d’Elisa qui confie à LCI : « Je suis effaré. Je ne peux pas croire que ce soit vrai. Si les prélèvements ADN et salivaires des chiens n’ont effectivement pas quitté les scellés et n’ont pas été envoyés au laboratoire, c’est grave ».

De son côté, Me Caty Richard, avocate des parents de la victime estime dans le Parisien : « qu’il est peut-être utile d’expertiser d’abord les prélèvements sur Elisa afin de savoir si on distingue un ou plusieurs ADN de différents chiens »

Des participations à des concours de chiens mordants ?

En parallèle, le comportement de Curtis pose question. Selon une information exclusive de BFM TV, un collègue da future maman a raconté aux enquêteurs que cette dernière avait déjà été mordue par l’un de ses chiens. Un témoin qui ne sait pas si l’auteur de cette morsure est Curtis. Interrogé, le compagnon d’Elisa parle d’une morsure de chat qui rodait sur leur terrasse. Une explication jugée peu crédible par des sources proches du dossier.

Toujours selon BFM TV, le chien aurait participé à des concours de chiens mordants aux Pays-Bas. Une discipline sportive qui s’articule autour de sauts, d’obéissance et aussi de mordant. Une information démentie par les proches d’Elisa. C’est désormais aux policiers de confirmer ou non ces informations.

L’absence de morsures sur le corps de Curtis pose également questions. S’est-il réellement battu avec des chiens de la chasse à courre ? Pour les proches qui parlent de griffures aux oreilles, Elisa aura très bien pu retenir son chien pour empêcher une potentielle bagarre.

Une expertise judiciaire pour Curtis

Pour défendre les intérêts de son chien, le compagnon de la victime qui fait bloc a souhaité engager un avocat spécialisé  dans le droit des animaux. Depuis la mort de sa maitresse, l’American staff est placé sous réquisition judiciaire et enfermé dans une fourrière de Beauvais. Une mesure qui l’empêche de sortir et surtout interdit les visites.

Pour connaître la dangerosité de Curtis, une expertise judiciaire a été diligentée. Une enquête qui sera pratiquée par plusieurs vétérinaires au terme de trois examens comportementaux.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES