Bien choisir sa mutuelle

La télé-chirurgie : le fonctionnement de l'opération Lindbergh

Publié par le

Une nouvelle opération nommée « opération Lindbergh » a été réalisée avec succès pour la première fois le 7 septembre 2001. Il s’agit d’une intervention à distance qui a été accomplie par une équipe chirurgicale située à New York sur une patiente à Strasbourg pour une ablation de la vésicule biliaire. C’est une première mondiale dans l’histoire de la chirurgie. L’opération Lindbergh est le résultat de deux ans et demi d’échanges entre l’Institut de Recherche contre les Cancers de l’Appareil Digestif (IRCAD), Computer Motion et France Télécom.

La préparation avant l’opération Lindbergh

Avant d’effectuer la télé-chirurgie proprement dite, le médecin a effectué sur un clone une simulation de l’opération pour réduire les éventuels risques d’accident. Une fois que le médecin était satisfait de ses gestes, il a transféré toutes les données nécessaires pour le déroulement de l’opération au robot effecteur. Cette simulation est appelée « simulation préopératoire immédiate ».

Le déroulement de l’opération Lindbergh 

L’opération Lindbergh est effectuée par un chirurgien à New York à l’aide d’un robot spécialisé nommé Zeus comportant trois bras. Chacun des gestes effectués par le praticien est reçu par les deux bras du robot émetteur qui les transmet ensuite à un autre robot se plaçant près du malade à Strasbourg. Le troisième bras manipule l’endoscope à commande vocale. Une console chirurgicale sert à manipuler les manettes commandant les deux instruments tenus par les bras robotisés. Une double sécurité est placée sur chaque articulation des bras robotisés et les signaux sont vérifiés plus de mille fois par seconde.

Pour plus de sûreté, une autre équipe médicale se trouvant à Strasbourg surveille le déroulement de l’opération pour garantir un maximum de sécurité et est prête à intervenir en cas de besoin. Un service haut débit sur fibre optique permet d’assurer la liaison entre le robot et le chirurgien. Cette technique permet de respecter un délai de latence constant et inférieur à 200 millisecondes entre le geste du chirurgien et le retour image malgré les 7 000 kilomètres de distance.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES