Bien choisir sa mutuelle

Le traitement des vertiges et la mutuelle santé

Publié par le

La brusque sensation de pertes d’équilibre suivie de l’impression de voir tout le paysage environnant tournoyer est très fréquente lors des grandes fatigues ou d’une hypotension brusque. Pour les vertiges d’intensité élevée, la personne atteinte peut même perdre conscience durant quelques secondes. Quant aux vertiges récurrents, des dysfonctionnements de l’organe auditif, des atteintes neurologiques de la moelle épinière et/ou de la tête pourraient être mis en cause. Il est à noter que le traitement des vertiges occasionnels ou réguliers invite à souscrire une bonne complémentaire santé adaptée.

Les vertiges liés aux dysfonctionnements de l’organe auditif interne

L’organe auditif interne réagit à tout phénomène de dysfonctionnement par des vertiges suivis de quelques troubles auditifs.

En effet, l’oreille interne est très importante pour le maintien de l’équilibre.  Ainsi, le vertige paroxystique positionnel bénin peut être traité localement par un professionnel de santé.

Quant à la maladie de Ménière qui se manifeste aussi par des vertiges, son traitement est facile. Toutefois, il faut veiller au préalable à ce que votre mutuelle santé prenne en charge son traitement.

Les vertiges neurologiques du cou

Les accidents entraînant une extension de la nuque occasionnent des vertiges qui appellent des soins assez délicats puisqu’ils peuvent nécessiter une hospitalisation. Quant à la paresthésie pharyngée, s’accompagnant aussi de vertiges, son traitement nécessite un examen médical relativement poussé.

Les vertiges neuronaux

Quand une personne est sujette à une hypertension cérébrale, le flux sanguin diminue et écrase les nerfs crâniens. De ce fait, les canaux périphériques ou internes ne peuvent plus assurer la liaison entre le cervelet et la moelle épinière.  D’où, les vertiges.

En France, près de 100 000 personnes sont touchées par la sclérose en plaque, qui souvent est associée à des vertiges En durcissant les réseaux neuronaux, la personne victime de la maladie peut avoir des séquelles cognitives ou motrices selon les cas. 

Considérée comme une affection de longue durée (ALD), cette maladie donne lieu à un traitement généralement coûteux.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES