Bien choisir sa mutuelle

Quelle prise en charge pour les médecines alternatives ?

Publié par le , Mis à jour le 29/09/2015 à 17:04

La « médecine alternative » ou « médecine douce », selon les différentes appellations, est une forme de médecine qui se pratique en complément de la médecine dite « traditionnelle ». Les pratiques telles que l’acupuncture, l’homéopathie ou la kinésithérapie en font partie. Mais nous retrouvons aussi dans la liste d’autres pratiques moins connues, comme par exemple la kinésiologie, la phytothérapie, la réflexologie ou encore l’aromathérapie, entre autres. Mais, qu’en est-il du remboursement de ces soins ?

C’est un fait, la médecine alternative est souvent mal remboursée par la Sécurité sociale, et dans certains cas, le remboursement est tout simplement inexistant. Mais, comment savoir ce qui est remboursé et ce qui ne l’est pas ? Sont remboursés les soins prodigués par un médecin, quand on dit médecin on entend par là un docteur en médecine diplômé d’Etat, ou un professionnel de santé reconnu par le corps médical. Il est donc essentiel de demander à votre praticien s’il est conventionné ou non car, s’il n’est pas médecin, alors vous ne serez pas remboursé.

Les soins partiellement pris en charge par la Sécurité sociale sont l’homéopathie, l’acupuncture, l’ostéopathie et les cures thermales, à condition que les consultations soient effectuées par un praticien conventionné.

D’autres soins comme la réflexologie, la naturopathie ou encore la sophrologie ne sont eux pas remboursés. Cela dit, les soins alternatifs à la médecine scientifique sont souvent utilisés comme accompagnement aux soins traditionnels. Par exemple, certaines plantes peuvent être prescrites pour soulager les effets secondaires résultant de la prise de médicaments lourds. Rien d’étonnant dès lors à ce que la médecine alternative soit qualifiée de « préventive » ou d’« accompagnatrice ».

Mais il est conseillé de rester vigilant quand il s’agit de médecine alternative. Veillez donc à bien vous renseigner sur votre praticien avant  toute démarche ou consultation de votre part. Cela vous permettra d’éviter de faire de mauvaises expériences.

Le remboursement par les mutuelles

Avec la suspicion grandissante concernant les médicaments et leurs effets très indésirables, la médecine douce intéresse de plus en plus de Français. La Sécurité sociale ne remboursant pas toujours ces soins complémentaires, certaines mutuelles santé ont pris les devants. Selon le contrat de mutuelle que vous avez souscrit, vous pouvez être totalement ou partiellement remboursé. Cela dit, si votre contrat ne rembourse pas les médecines douces, vous pouvez souscrire des garanties supplémentaires en faisant preuve d’une certaine vigilance à l’heure d’utiliser un comparateur de mutuelle par exemple.

Parce que, si vous souhaitez souscrire une mutuelle qui rembourse les soins alternatifs, un comparateur d’assurance pourrait alors vous être utile. Il vous suffit d’entrer les informations nécessaires à une recherche dans le formulaire prévu à cet effet et, en quelques clics, vous aurez un devis comparatif des différentes offres correspondant le mieux à vos besoins et surtout à votre budget.

Maintenant que vous en savez plus sur les médecines alternatives et les modes de remboursement, vous pouvez vous lancer si ce n’est pas déjà fait. Mais, comme nous l’avons dit plus haut, la vigilance est de mise, il est préférable de savoir au préalable si un praticien est conventionné ou non de sorte à être soigné en toute connaissance de cause.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES