Questions pratiques sur les mutuelles

Éradiquer la prolifération de la méningite et du paludisme

Publié par le , Mis à jour le 20/06/2013 à 15:13

L’actualité internationale rapporte chaque année les différentes épidémies de méningite et de paludisme, surtout en Afrique et dans les pays en voie de développement. Ces maladies font encore de nombreuses victimes dans ces pays, notamment faute d’infrastructures adéquates. Quoi qu’il en soit, les pays industrialisés ne sont pas sans risques face à ces différents fléaux, s’il ne faut citer que les épidémies de SRAS ou de grippes aviaires ayant récemment touché aussi bien les pays riches que les pays en voie de développement.

Repérer les éléments météorologiques avec les satellites

Le CNES et certains chercheurs de l’University Corporation for Atmospheric Research et de l’International Research Institute for Climate and Society ont mis en place le suivi par satellite des éléments géographiques et météorologiques pour prévenir assez tôt la survenue de ces maladies. Grâce aux données des satellites, ces chercheurs pensent en effet pouvoir prévoir l’apparition de ces maladies jusqu’à 2 mois à l’avance. En pratique, le suivi par satellite permettrait de donner des images depuis la Station spatiale internationale lesquelles vont fournir des informations sur la surface de la Terre et des catastrophes naturelles.

La prévention de la méningite

Le but du suivi par satellite est de pouvoir déterminer au plus près l’endroit et la date où l’« infection des méninges » pourra survenir. De ce fait, les pays concernés pourront recevoir des données à temps pour leur permettre de prendre les dispositions adéquates, notamment entreprendre une politique de vaccination dans les régions présentant le plus de risques.

La prévention du paludisme

Les moyens utilisés pour prévoir les épidémies du paludisme sont les mêmes que pour la prévention de la méningite. Grâce à cette technique, ces chercheurs espèrent, avec la collaboration des pays concernés, avoir suffisamment d’éléments pour déterminer à l’avance le niveau de contagion du pays. Quoi qu’il en soit, ces techniques sont encore loin de fournir des données précises. Mais les chercheurs ne désespèrent pas et veulent augmenter leur périmètre de recherches afin d’améliorer les résultats.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES