Vaccination Voyage

Qu'est-ce que l'encéphalite à tiques ?

Publié par le , Mis à jour le 27/05/2013 à 09:41

Présentation de la maladie

L’encéphalite à tiques ou méningoencéphalite à tique est une encéphalite virale. Le virus de cette encéphalite est le TBEV, un flavivirus. Celui-ci comporte trois sous-types : européen, sibérien et extrême-oriental. Cette maladie est directement liée à la multiplication du virus dans le cerveau. 

L’Encéphalite à tiques est transmise par une morsure de tiques infectés, habituellement l’Ixodes ricinus ; et de façon exceptionnelle par la consommation de lait cru ou de fromage au lait cru de chèvre ou de brebis. L’incubation dure entre une à deux semaines mais elle peut aussi s’étendre jusqu’à 28 jours. Les premiers symptômes sont assez  brutales, marqués par de la fièvre, des céphalées et des frissons. Les symptômes et évolutions de la maladie sont :

  • La première phase : durant cette période (de 1 à 10 jours), le virus se propage dans les ganglions régionaux en aval de la piqure
  • Ensuite, la deuxième phase, se décrit par les symptômes un syndrome grippal d’environ une semaine. C’est durant cette période que le virus sera détectable dans le sang.
  • Dans le cas où le patient n’est pas guéri, le virus connaîtra une nouvelle phase de duplication mais sans symptômes et dans différents organes qu’il a pu rejoindre.

La forme la plus sévère est la méningo-encéphalomyélite. Les paralysies apparaissent 5 à 10 jours après la période de rémission, précédées par de fortes lombalgies et de douleurs au niveau des membres. Des conséquences neurologiques sont perçues dans 10 à 45% des cas et ne sont pas évolutives. Dans 1 à 2% des cas, la maladie évolue vers la mort. La mort peut survenir dans les 5 à 7 jours après l’apparition des signes neurologiques, due à l’atteinte de du bulbe cérébrale ou à un œdème cérébral.

Les foyers infectieux de la maladie

Les continents américains et australiens sont dépourvus de virus TBEV. La maladie est surtout présente en Russie et en Europe qui rapportent 10 000 à 12 000 cas d’encéphalite à tiques par an. On le retrouve là où il y a du grand gibier, des rongeurs, des tiques en abondances et dans les régions forestières. Voici les pays où l’on redoute le plus d’épidémie : France, particulièrement en Alsace, l’ex-URSS, les Balkans, La Pologne, la Tchécoslovaquie, la Hongrie, l’Yougoslavie, de l’Allemagne jusqu’au Japon, l’Italie l’Allemagne, l’Autriche, les Pays baltes, la Suède,...

Le vaccin contre l’encéphalite à tiques

Le vaccin de l’encéphalite à tiques est produit sur culture de cellules fibroblastes embryonnaires de poulet (CEF) préparés à partir d’une souche de virus TBEV (sous-type d’Europe centrale) absorbés sur hydroxyde d’aluminium. Le vaccin s'appelle TICOVAC et est disponible en France. Administré par voie intramusculaire, la vaccination comprend trois injections : une première injection et une deuxième à un intervalle de 7 jours de la première. La troisième se fera après 21 jours de la première injection. Le premier rappel se fait 2 ans après la troisième dose. Les rappels se font tous les 3 à 5 ans, 3 ans pour les personnes âgées. La vaccination est efficace à plus de 85%.

Dans le schéma optimal, une 3ème injection  se fait 9 mois après la 2ème, et permet d'obtenir plus de 95% d'efficacité. Il existe la TICOVAC 0.5 ml Adultes qui contient 2,4 microgramme d’antigène viral. Le TICOVAC 0.25 ml Enfants : qui contient 1,2 microgramme d’antigène viral mais ne peut être administre qu’à partir de 1 an. Il y a aussi l’ENCEPUR 0.5 ml qui contient 1,5 microgramme d’antigène viral. Les effets indésirables sont une réaction fébrile, une fièvre importante surtout chez l’enfant. Douleur, œdème sur le point d’injection et dans les cas les plus rares un trouble de la vision sont à prévoir après injection du vaccin.

Coût et remboursement du vaccin

Le vaccin coûte environ 40€ l'injection. Cependant, le TBEV n'est pas remboursé par la sécurité sociale. Certaines mutuelles santé proposent toutefois des formules de remboursement atteignant parfois 100%, mais sous conditions, pour ce vaccin non pris en charge par la Sécurité Sociale.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES