Vaccination Voyage

Infos pratiques sur l'encéphalite japonaise

Publié par le

Description de la maladie

Apparu pour la première fois au Japon dans les années 1930, l’encéphalite japonaise est une maladie infectieuse, à tropisme meurologique, transmise par les piqûres du moustique Culex tritaeniorhynchus vivant dans les rizières irriguées. Il n’y a pas de transmission interhumaine du virus de l’encéphalite japonaise. C’est un virus de la famille des Flaviviridae donc un virus à ARN simple brin de polarité positive. Le porc et les oiseaux sauvages sont les réservoirs de ce virus.

Cette maladie grave affecte le plus souvent les enfants de moins de 15 ans et présente un taux de mortalité qui atteint les 50%. L’encéphalite japonaise est le plus souvent asymptomatique (1 cas sur 300). Après une période d’incubation de 4 à 14 jours, les symptômes de ce fléau sont : fièvre élevée, douleurs abdominales et nausées. Le malade présente une rigidité de la nuque, une cachexie, une hémiparésie, des convulsions graves et à répétition et un retard mental qui arrive chez 30% des enfants et des personnes âgées.

Liste des zones concernées par la maladie

La maladie est limitée à l’Asie de l’Est, du Sud-est et au sous-continent indien. Elle s’étend maintenant jusqu’à l’extrême nord de l’Australie. Elle est spécialement présente dans les régions rurales et agricoles.

Les pays concernés par cette maladie sont les pays où on trouve le moustique Culex tritaeniorhynchus. Ces pays comprennent le Bangladesh, Bhoutan, Brunei, Cambodge, Corée, Inde, Indonésie, Japon, Laos, Malaisie, Myanmar (ancienne Birmanie), Népal, Pacifique occidental, Australie, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Pakistan, Philippines, République populaire de Chine, Russie, Singapour, Sri Lanka, Taïwan, Thaïlande, Vietnam, et bien d’autres encore.

Le schéma épidémiologique se fait comme suit: les oiseaux transmettent le virus aux moustiques qui le transmettront ensuite aux porcs domestiques. Les moustiques piqueront ensuite les porcs pour les transmettre à l’homme. Il n’y a pas de transmission interhumaine du virus de l’encéphalite japonaise.

Traitements et vaccins

Il n'existe pas de traitement spécifique pour lutter contre l'encéphalite japonaise. Le seul traitement disponible est un traitement symptomatique. Les vaccins actuels contre cette maladie sont des vaccins inactivés.

Le vaccin JEVAX  est autorisé aux États-Unis, au Canada et dans de nombreux pays d’Europe. Ce vaccin est à administrer 3 fois par voie sous-cutanée. La première et la deuxième seront espacées de 7 jours et la deuxième et la troisième injection seront espacés de 14 jours. Des rappels seront  effectués un et trois ans après la première injection. Son principe actif (DCI) est une protéine murine de cerveaux. Ce dernier à entrainé des effets indésirables (hypersensibilité retardée, effets neurologiques) qui ont limité son utilisation.

Le vaccin IXIARO, quant à lui, a obtenu une autorisation de mise sur le marché européen le 31 mars 2009. C’est un vaccin dont le principe actif se présente sous forme de virus inactivés de l’encéphalite japonaise. Il est administré par voie intramusculaire, et se fait en deux injections séparées de 28 jours. L’immunogénicité a été évaluée dans un essai de phase III, le résultat est surprenant : 96,4% contre 93,8% pour IXIARO et JEVAX respectivement. La moyenne du titre des anticorps neutralisants (MGT) a été augmenté d’un facteur 2 dans le groupe IXIARO par rapport au groupe JEVAX. Des effets indésirables ont été par contre rapportés chez environ 40% des sujets sur les trois premiers jours et sont généralement bénins et transitoires : douleur et sensibilité, céphalées, myalgies. Une injection du vaccin IXIARO coûte environ 98 euros et une injection du JEVAX coûte environ 55 euros.

Remboursement de la Sécurité Sociale

A ce jour, la consultation et les vaccins restent à la charge du patient et ne sont pas remboursés par la Sécurité Sociale. Cependant, certaines complémentaires santé prennent en charge ces frais. Renseignez-vous auprès de votre mutuelle. Il en existe même qui vous couvre à 100 % et sans franchise.

Article précédent
Article suivant
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

GUIDE DES MUTUELLES