Vaccination Voyage

Qu'est-ce que le botulisme ? Causes, symptômes et traitements

Publié par le , Mis à jour le 05/04/2019 à 11:55

Qu'est-ce que le botulisme ? Causes, symptômes et traitements

Le botulisme est une affection neurologique grave provoquée par une bactérie nommée Clostridium botulinum. La forme la plus répandue, le botulisme alimentaire, est due à la toxine présente dans l'aliment. La maladie est mortelle dans 5 à 10 % des cas.

Histoire, cause et épidémiologie du botulisme

Affection neurologique grave provoquée par une bactérie nommée Clostridium botulinum (C. botulinum), le botulisme existe sans doute depuis que l’homme conserve ces aliments, mais ne se distingue au niveau médical qu’à la fin du XVIIIe siècle. C’est en 1923 que Bergey classe « Bacillus botulinus » dans le genre Clostridium en le renommant Clostridium botulinum.

L’agent pathogène, le Clostridium botulinum, est une toxine extrêmement puissante qui se développe notamment dans les aliments mal conservés. La toxine botulique est la plus puissante de toutes les toxines connues dans la nature, affectant les humains et les animaux. Sur les 7 types de botulisme connus aujourd’hui, 4 (les types A, B, E et plus rarement F) affectent l’homme. Chez l’humain justement, il existe 3 variétés de botulisme :

  • le botulisme alimentaire,
  • le botulisme par blessure,
  • le botulisme infantile.

Non traitées, toutes les formes de botulisme peuvent être mortelles. La moindre suspicion de botulisme constitue ainsi une alerte de santé publique. Si la maladie n’est pas contagieuse, elle est mortelle dans 5 à 10 % des cas. A noter qu’elle ne procure pas d’immunité.

En France le boulisme est rare. Depuis 1980, l’incidence moyenne est autour de 20 - 30 foyers par an, provoquant chacun 1 à 3 malades. Dans la plupart des cas il s’agit de botulisme alimentaire lié à la consommation de conserves familiales ou encore de produits artisanaux contenant la toxine produite par C. botulinum. Ces dernières années, l’incidence la plus élevée concerne le Caucase (Arménie, Azerbaïdjan et Géorgie) où les aliments conservés n’ont pas été assez ou bien stérilisés.

Le Centre national de référence des Bactéries anaérobies et du botulisme, ou l’Institut de veille sanitaire, rappellent néanmoins « la nécessité d’une surveillance attentive et renforcée du botulisme, pour mieux comprendre l’épidémiologie et l’évolution de la maladie, et adapter, au besoin, les mesures de prévention et de contrôle ».

Pour ce qui est des botulismes infantile et par blessure, les cas sont plus rares. Toutefois, le botulisme infantile est la variété la plus fréquente aux Etats-Unis. L’Allemagne et l’Angleterre ont quant à eux connu de nombreux cas de botulisme par blessure ces dernières années.

 

botulisme

 

Quels sont les symptômes du botulisme ?

Les symptômes classiques du botulisme surviennent le plus souvent entre 12 et 36 heures après l'ingestion de la toxine botulinique. Certains peuvent néanmoins s'observer précocement dès la 6e heure ou tardivement après dix jours. La période d’incubation ainsi que la gravité des symptômes dépendent du mode de contamination mais aussi de la quantité de toxine absorbée.

  • Le botulisme alimentaire

Plus fréquente que les autres, cette variété de la maladie se présente comme une gastro-entérite avec des troubles neurologiques visuels caractéristiques (défaut d’accommodation, vision floue). Les autres symptômes sont ne sécheresse de la bouche, des difficultés à avaler, une paralysie de nerfs crâniens et une élocution incompréhensible. Dans les formes avancées, ils évoluent vers une paralysie des membres et des muscles respiratoires entrainant le décès.

  • Le botulisme infantile

Appelé aussi botulisme par colonisation, il provoque chez le nouveau-né une altération des cris, une anorexie, une constipation, une perte du contrôle de la tête ainsi qu’une paralysie et une insuffisance respiratoire (dans les cas graves).

  • Le botulisme par blessure

Consécutive à la contamination d’une plaie par C. botulinum (comme le tétanos), cette forme provoque des troubles de déglutition, une atteinte oculaire et une paralysie flasque des membres. Rare, ce botulisme se rencontre le plus souvent chez les personnes se droguant par injection.

Quelle prévention contre le botulisme ?

Les antibiotiques n’ont aucune action sur la toxine botulique. Ils sont néanmoins nécessaires dans le cas du botulisme infantile. Il existe un vaccin anti botulique, mais est réservé aux personnes exposées car pouvant générer d’importants effets secondaires.

Le botulisme peut être néanmoins évité par le respect des règles d'hygiène de préparation des aliments à conserver et des consignes de stérilisation.

La surveillance et le traitement des patients suspectés d’être atteints de botulisme se font en milieu hospitalier. Le traitement de la maladie est essentiellement symptomatique et requiert, pour les cas les plus graves, de soins respiratoires intensifs. Dans les formes les plus sévères, la sérothérapie est indiquée mais n’est efficace que si elle est administrée dans les 24 premières heures après l’apparition des symptômes. Si la plupart des malades hospitalisés sans délai guérissent sans séquelles, la convalescence peut durer plusieurs mois.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES